Mini-entrepreneurs mais costauds

À l’initiative de « Entreprendre pour apprendre », les élèves de 3è «Découverte professionnelle» du collège Henri Wallon se découvrent des talents de mini-entrepreneurs.

Dernière mise à jour : 27/03/2012 à 12:24


Le Havre – Donner à comprendre les rouages de l’entreprise au sein de l’école, telle est la vocation de l’association « Entreprendre pour apprendre Haute-Normandie » qui propose chaque année à des établissements scolaires de se lancer dans l’aventure de la création d’une mini-entreprise.
Au Havre, huit établissements scolaires ont répondu à cette sollicitation. Parmi eux, les collèges Henri Wallon et Raoul Dufy où deux classes de 3e, option « Découverte professionnelle 3 » se sont inscrits dans cet incroyable processus de la production d’un produit et de sa commercialisation. Première expérience au collège Henri Wallon dans la classe de Pascaline Feuilloley. « Et c’est un véritable succès ». L’option « DP3 » proposée à raison de deux heures par semaine est comble. « Le groupe est de 12 normalement mais 4 nouveaux élèves ont fait le choix de nous rejoindre. Tous sont d’une motivation sans limite ». Jusqu’à même revenir travailler le temps de leur congé scolaire.
Les élèves ont opté pour la fabrication d’une balle anti-stress. « Ce projet, c’est le leur, je ne suis là que pour les encadrer, les accompagner au mieux », détaille l’enseignante. Sourire de Benoit Gaillard, coordinateur régional d’EPA. « Notre ambition est de permettre une pédagogie participative où les élèves sont vraiment acteurs de leurs projets. Ici, cela fonctionne à merveille ».

Cohésion sans stress
Par petits groupes, les scolaires sont attablés avec chacun, une tâche à accomplir. La salle de classe est devenue atelier. Les uns gèrent l’actualisation des papiers administratifs (« leur mini-entreprise est inscrite au registre du commerce »), tout comme la communication du produit (la patate a son slogan !). Plus loin, d’autres élèves s’attellent à la fabrication concrète de la balle anti-stress.
Dans la répétition des tâches, une grande concentration et un vrai plaisir à faire. « Ce qui me plaît, c’est la dimension de groupe », commente Nabila. L’initiative suscite, il est vrai, une vraie cohésion de groupe qui offre l’avantage de mettre en évidence les talents de chacun. Les personnalités s’épanouissent. Et c’est tous ensemble qu’ils participeront, samedi 31 mars, à la foire expo de Rouen, à la première étape de la finale régionale EPA, du salon des mini-entrepreneurs où concourront 39 établissements et 1000 élèves.

Karine Lebrun

52 balles anti-stress sont déjà vendues ; les élèves renouvellent le stock.
52 balles anti-stress sont déjà vendues ; les élèves renouvellent le stock.

Les élèves de Raoul Dufy ont opté développement durable.
Les élèves de Raoul Dufy ont opté développement durable.

C’ est l’idée qui s’est imposée au collège Raoul-Dufy : la création de bloc-notes écolo à partir de disquettes. « Nos élèves voulaient s’inscrire dans une action de développement durable », indiquent Mmes Cordier-Nivet et Kadi, les enseignantes qui encadrent l’option DP3. On retrouve le même bonheur à fabriquer, la même joie à partager. Les élèves de Raoul-Dufy connaissent tout des ressentis de leurs homologues d’Henri-Wallon. Leur enthousiasme leur a permis de récolter 500 anciennes disquettes informatiques qu’ils démontent précieusement pour les besoins de la transformation. Patience, minutie… ils se découvrent tous des qualités insoupçonnées. « Little geek bloc, le matériel écologeek », là est leur slogan. lillegeekbloc.jindo.com, là est leur site pour acheter un bloc.