L’entretien d’embauche s’accélère au Havre

Entraîner ses étudiants à l’entretien d’embauche est devenu une priorité à l’IUT du Havre. A l’occasion d’un speedmeeting, les élèves ont découvert les difficultés.

Dernière mise à jour : 14/02/2012 à 14:39

entretien-embauche.jpg
L’IUT du Havre délocalise ses speedmeeting à la CCI du Havre, afin « de mettre pleinement les étudiants en situation. »

L’ entretien d’embauche, pour beaucoup, c’est une véritable épreuve. Et à tous les âges de la vie. L’entraînement à cet exercice devrait s’imposer comme une évidence. A l’IUT du Havre, c’est le cas.
Quatre ans maintenant que l’établissement d’enseignement supérieur organise des rencontres entre étudiants et professionnels sous la forme insolite du speedmeeting. Inspirée du speed dating, cette méthode offre l’opportunité d’un dialogue direct et convivial, « où l’étudiant, muni de son C.V, dispose de sept minutes devant chaque professionnel, pour se présenter et exposer son projet de carrière, ce qu’il recherche ».
Enseignants et organisateurs sont ravis. Les entrepreneurs, les plus fréquemment inscrits dans les spécialités des élèves, restent fidèles à l’événement. « Pour l’essentiel, ce sont des personnes qui assurent le recrutement dans l’entreprise ou participent au processus », vante Jean-Robert Delahaye, le chef du département Génie électrique, « ce qui implique que l’étudiant, via cet exercice, peut décrocher son premier job ».
Et côté étudiants ? C’est du stress qui s’exprime, en tout cas juste avant le premier entretien. Ils sont 38 réunis, élèves de DUT ou de licence pro. Les uns ont été contraints à l’exercice car étape obligatoire de leurs cursus, les autres sont venus sur l’unique base du volontariat.
« On progresse dans la répétition », rappelle Philippe Leridel, consultant RH de l’IUT Frissard. Les étudiants en feront vite l’expérience, décelant de plus en plus vite les questions pièges de l’entretien. « Celle qui revient le plus : quels sont nos défauts ? C’est difficile de répondre à cela. Il faut pas qu’on se flingue ! », commente Matthieu Letellier. Réponse unanime des professionnels : « Trouver la qualité de vos défauts ».
L’apprentissage par l’expérience, là est la force de ce speedmeeting.
K.Lebrun